Je me suis rendu il y a peu de temps de cela au Maulévrier-Sainte-Gertrude, petit village presqu'en bord de Seine, et ceci afin de saluer un ami maraicher que je n'avais pas vu depuis longtemps.

Nous sommes allés marcher après le repas dans la petite vallée ou se trouve son exploitation, et sur le chemin m'est revenue en mémoire l'existence d'un frène magnifique, à moitié pleureur et de taille impressionnante.

J'avais mon appareil photo dans mon sac et me réjouissais à l'avance de me retrouver face à cet arbre resté enfoui au creux de ma mémoire, mais c'est une désagréable surprise qui s'est offerte à mes yeux lorsque je suis arrivé à l'endroit ou il était censé se tenir.

Il ne restait qu'une souche rase et de la sciure sur la pelouse, derniers vestiges physiques d'un arbre qui désormais survit dans mes souvenirs, ou je lui ai aménagé une petite niche douillette et bien abritée de l'oubli. 

C'est un sentiment de tristesse qui en de pareilles circonstances m'étreint le coeur, mais je sais qu'en ces moments il faut savoir rester sensible et réceptif à la beauté du monde environnant, faute de quoi, en plus d'avoir perdu un arbre ami, on en viendrait vite à oublier aussi tous ceux qui sont encore debouts et nous attendent patiemment au détour des chemins.

DSC04792

  Ainsi, en reprenant la route dans l'après midi et après avoir passé un agréable moment en compagie de mon ami, Je décidais de faire pour rentrer un détour par la campagne avoisinante et pour moi inconnue.

J'ai roulé au hasard, laissant autant que possible vagabonder mon regard à travers les haies et les champs encore nus, à l'affut d'une quelconque vision opportune susceptible de réchauffer mon coeur et de me conforter dans cette vision positive de la vie que j'essaye de faire mienne.

Et la chance m'a souri, en la personne d'un beau hetre assis sur un talus,au bord d'une pature, sur la commune de Saint-Gilles-de-Cretot. 

DSC04797

 Cet arbre a attiré mon regard et pourtant il ne fait pas, à proprement parler partie des géants de son espèce. D'ailleurs je ne l'ai pas mesuré.

Non, ce qui m'a plus chez lui c'est l'harmonie et la beauté qui s'en dégagent; son assise massive et ses racines épousant la pente à ses pieds, ainsi que ses branches s'élançant avec autant de majesté que de symétrie vers le ciel

DSC04800     DSC04799

 Il s'agit d'un arbre dont la souche a émis de forts et vigoureux rejets, vraisemblablement après une coupe à ras, rejets qui constituent aujourd'hui l'intégralité de la ramure, et c'est la forme particulière résultant de ce traumatisme aujourd'hui surmonté qui constitue son attrait principal.

Je lui souhaite une longue et paisible existence, et à mes semblables d'ouvrir chaque jour un peu plus les yeux et de se rendre compte du pouvoir tapi dans dans notre regard, celui de faire exister rien qu'en la voyant cette réalité magnifique après laquelle nous courrons tous, de transformer tous les arbres en autant de merveilles, au meme titre que la moindre étincelle de vie autour de nous.